« Pretty Boy » Floyd, le Robin des Banques

prettyboyfloyd01

C’est un héros romantique comme les Etats-Unis les adorent, mais aussi un dangereux criminel à la gâchette facile. Charles « Pretty Boy » Floyd (1904-1934) reste comme l’un des plus terribles gangsters des 30’s mais également comme le Robin des Bois des temps modernes. Portrait.

« A pretty boy with apple cheeks »

Floyd, originaire d’Oklahoma City, se fait arrêter pour la première fois à 18 ans, pour vol, et enchaîne les larcins. Condamné à 5 ans ferme en 1925, il n’en purge que 3 et jure qu’il ne mettra plus jamais les pieds en prison. Arrêté plusieurs fois, pourchassé pendant des années, il tiendra pourtant cet engagement.

s-l225

A sa sortie, il se lie étroitement avec les criminels de Kansas City et commence une « carrière » de braqueur de banques. Un employé témoignera ainsi, pour le décrire à la police : « a pretty boy with apple cheeks » (un beau garçon avec de grosses joues). Son surnom est né.

Pour le braquage de la Sylviana Ohio Bank, il est condamné à 15 ans de pénitencier mais s’échappe du fourgon. Impliqué de près ou de loin dans les meurtres du policier Harland Manes, des frères Wally et Boll Ash, de l’agent R.H Castner, de l’agent fédéral Curtis Burke ou encore du sheriff Erv Kelley, « Pretty Boy » échappe systématiquement à la justice.

7b495e56f8f94e65337a15c6c49b535e

« The Robin Hood of the Cookson Hills »

Il a même une bonne image auprès de la population malgré ses crimes à répétition. La légende dit qu’il avait pour habitude de détruire les documents d’hypothèque des clients des banques lors de ses braquages, les libérant par la même occasion de toutes leurs dettes envers le système financier. De nombreux agriculteurs auraient notamment évité la faillite grâce en lui, en période de « Grande Dépression ». Les preuves manquent mais de nombreux témoignages viennent le confirmer. Perpétuellement en cavale, Floyd a pour habitude de se réfugier chez des particuliers, pour qui il est « the Robin Hood of the Cookson Hills ».

pretty-boy-floyd-movie-poster-1960-1020209054

Le 17 juin 1933, « Pretty Boy » fait partie des suspects du « massacre de Kansas City« , qui fera 4 victimes parmi les agents de police. Cet événement tragique permet à J. Edgar Hoover de renforcer le tout récent FBI. Plus de 80 ans plus tard, les historiens se déchirent encore sur la présence, ou non, de Floyd ce jour-là.

Public Enemy No. 1

Le 30 juin, la police de Kansas City reçoit une carte postale considérée comme authentique et disant : « Messieurs, moi, Charles Floyd, veut faire savoir que je n’ai pas participé au massacre des officiers à Kansas City. Charles Floyd ».

b07c18a9694c9b7bc36f3cdf1c3aff98

Le 23 juillet 1934, à la mort du célèbre John Dillinger, « Pretty Boy » Floyd est officiellement nommé Ennemi Public n°1. Il ne réussira à fuir que trois mois supplémentaires. Sa mort dans un champ de maïs le 22 octobre de la même année, d’un coup de fusil tiré par l’agent du FBI Melvin Prvis, est mise en scène dans le film Public Enemies (voir ci-dessous)

 

Matthieu Le Crom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s