CETA, petite magouille/grandes conséquences

Par Matthieu Le Crom – ob_f13d4b_ceta

Le Comprehensive Economic and Trade Agreement (accord économique et commercial global, en français), plus connu sous le nom de CETA, est l’accord de libre échange conclu entre l’Union Européenne et le Canada, rédigé depuis le 26 septembre 2014.

 Néolibéralisme Roi

On en entend pas mal parler ces jours-ci car le gouvernement wallon a décidé de s’opposer à sa ratification au nom de la Belgique, alors que les 10 provinces canadiennes et les 27 autres états membres de l’UE vont semble t-il signer sans broncher.

Pour faire simple, le CETA implique la suppression des droits de douane pour quasiment tous les produits, à l’exception notables de la viande et des produits laitiers, encore soumis à quelques règles. Il permettra également de simplifier les plaintes des entreprises contre les Etats, comme lors du conflit Vattenfall/Allemagne.

Bref, c’est un nouveau palier néolibéral que s’apprête à franchir l’Union Européenne.

ceta-agreement

Alors que les Belges bloquent le processus, engagé depuis le 18 octobre par les différents ministres européens du commerce extérieur (Mathias Fekl pour la France), il est très instructif de revenir sur un épisode passé un peu inaperçu en France, qui en dit long sur ce qu’est devenue la politique.

matthias_fekl_sipa
Mathias Fekl, secrétaire d’Etat au commerce extérieur

Petite magouille entre amis

Le 5 octobre dernier, la Commission des Affaires Européennes avait l’occasion de valider/rejeter une résolution pour empêcher la mise en oeuvre provisoire du CETA, effective dès qu’il sera ratifié par le Parlement Européen, avant les votes nationaux.

Cette résolution a été rejetée par 12 voix contre 4 (No comment sur les 32 absents…), mais après une manipulation politicienne qui serait risible si le sujet n’était pas aussi grave. (Une séance en vidéo ici)

Pour s’assurer du résultat du vote, le groupe socialiste a fait démissionner le jour même 5 des absents pour les remplacer par des votants sûrs, qui ont eux-même démissionné à leur tour le soir pour redonner leur place à ceux qui avaient démissionné le matin…

CETA.jpg

Deux grosses incongruités se rajoutent à ce petit scandale politicien :

  • Jean-Claude Buisine (député de la Somme), fait partie des 5 votants « d’un jour ».
    Pourtant, il avait co-signé le 21 septembre en compagnie de 76 autres députés socialistes un courrier à François Hollande demandant de s’opposer au CETA provisoire, afin de « respecter les démocraties nationales ».
  • Régine Poveda, également nommée puis démissionnaire en moins de 24h, n’est autre que la remplaçante de Mathias Fekl en tant que député de la 2e circonscription du Lot-et-Garonne.

Cette technique de « démission/démission » est légale mais peut s’apparenter à un mini coup d’Etat démocratique. Heureusement pour l’honneur, les Wallons font front et le Traité CETA pourrait bien tomber à l’eau devant l’échec des négociations.

Le mérite revient aux journalistes de Contexte, qui ont démasqué les premiers la supercherie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s